Micromega MyAMP

Mon micro amplificateur méga doué

Micromega MyAmp
 

Avec l’amplificateur intégré MyAMP, la lilliputienne famille des « My » continue de s’étoffer en proposant un appareil à prétention audiophile équipé d’entrées analogiques et numériques pour une empreinte plus ou moins équivalente à celle d’un coffret de CD ! L’exploit n’est pas mince car, non content de proposer une série d’entrées ligne, d’accepter les flux numériques filaires ou non, le MyAMP embarque également son alimentation et un étage de puissance fonctionnant en classe AB… Pas mal pour un ampli haut comme une pomme, non ?

 

Un rapide tour du propriétaire nous révèle déjà un nombre de possibilités de connexion étonnant. Trois entrées lignes repérées AN, 1 à 3 sont disponibles en face arrière, ainsi qu’une sortie fixe pour l’enregistrement et une sortie Sub. Côté numérique, une entrée SPDIF RCA et une Toslink acceptent le format PCM jusque 24Bit/192kHz, alors que le port USB se « limite » à 24Bit/96kHz. A cela s’ajoutent des sorties haut-parleurs acceptant fourches et bananes, l’embase secteur et même une prise pour trigger ou infrarouge déporté. Ça c’est pour côté pile. Côté face, Micromega joue le dépouillement avec seulement trois minuscules contacts fugitifs qui permettent de sélectionner la source lue et de régler le volume. En réalité, ces commandes ne seront que rarement utilisées, la télécommande se révélant beaucoup plus pratique pour gérer le MyAMP au quotidien. Une prise casque 3,5 mm et une ribambelle de LEDs bleues, blanches et rouges (un rappel du « Made In France » ?) indiquant l’état de l’appareil viennent compléter le tableau. Le mode de fonctionnement du MyAMP est parfaitement intuitif et d’une telle facilité qu’il n’appelle vraiment aucun commentaire. Dès le cordon secteur relié au 230 V, une LED rouge s’illumine indiquant que l’amplificateur est en veille. Un mode qu’il ne quittera pas tant qu’une charmante princesse ne sera venue lui offrir un baiser, ou tant que vous n’aurez pas presser la touche idoine de la télécommande “STANDBY” ou “VEILLE”. Mais là, c’est vous qui tomberez amoureux du MyAMP. Trop tard, le MyAMP se réveille après une temporisation d’une trentaine de secondes et le voyant rouge passe au blanc, alors que la LED “AN1” s’illumine. Il ne vous reste plus qu’à choisir l’entrée que vous souhaitez utiliser, régler le volume (indiqué par le bandeau vertical de LEDs ) et à déguster. On doit certainement pouvoir faire encore plus simple, mais là tout de suite je ne vois pas comment. La seule petite chose à lui reprocher est qu’à chaque changement de source, l’indication du niveau de volume disparaît tant que l’appareil n’est pas verrouillé sur le nouveau signal entrant. Vaguement inquiétant lorsqu’on n’est plus certain du réglage précédent, mais sans plus. Micromega_Myamp_telecommande.jpg

Le MyAMP dans les pas de Mark Levinson !

Côté coulisses, la première chose que l’on remarque est le tunnel longitudinal débouchant de chaque côté de l’appareil. Il accueille les transistors de puissance pour les refroidir, aidé dans cette tâche par une ventilation forcée si silencieuse qu’il faut se pencher sur le coffret pour l’entendre. Le principe reprend celui des amplis pros et de quelques rares amplificateurs haute fidélié. Même si le MyAMP chauffe très peu, il faudra tout de même veiller à laisse quelques centimètres de chaque côté pour permettre l’évacuation des calories excédentaires. La seconde est la présence d’une alimentation à résonnance. Un raffinement qui permet de lutter contre le bruit haute fréquence générer par les alimentations à découpage en atténuant le bruit haute fréquence qu’elles génèrent. La troisième est l’impédance de 1 MΩ revendiquée par les entrées lignes qui, comme sur le très réputé préamplificateur Cello Encore de Mark Levinson (excusez du peu), laisse présager une adaptation parfaite du MyAMP quel que soit le type de source qui lui sera raccordée. La quatrième est la présence d’un étage de puissance fonctionnant en classe AB délivrant une puissance de 2 x 30 W sur 8 Ω et 2 x 60 W sur 4 Ω (données constructeur). Cerise sur le gâteau, Micromega a encore trouvé la place pour glisser à l’intérieur du coffret une liaison Bluetooth aptX qui permet de lire des fichiers au format CD et jusque 16Bit/48kHz “sans perte“. Micromega_Myamp_Mygroov.jpg Les quelques mois durant lesquels j’ai pu profiter de ce petit phénomène ont été un vrai régal ; si bien que j’ai eu le plus grand mal à le laisser repartir. Sa taille mini m’a permis de l’emmener partout avec moi. A la campagne, raccordé à un tuner et à un lecteur CD, chez des amis, en utilisant les fichiers stockés sur mon iPhone, ou encore à mon domicile, en sortie du décodeur Canalsat, à chaque fois il s’est montré aussi efficace que facile à vivre. Raccordé au téléviseur via l’entrée optique Toslink, le film du soir prend une toute autre dimension lorsque le son est diffusé à travers le MyAMP alimentant des enceintes de qualité, même aussi compactes que les Ariana. Il est d’autant plus facile de l’emmener avec soi que ses dimensions sont réellement « hors tout » ; l’alimentation étant incluse dans le coffret, il n’est pas nécessaire de composer avec un transformateur externe dont le poids et l’encombrement dépasse parfois celui de l’appareil lui-même… Utilisé tour à tour sur des Elipson Planet, des Aurelia Aniara et des Scandyna Minipod, il s’est comporté en véritable caméléon. Il a su faire chanter chacune d’entre elles tout en révélant leurs différents caractères. Le Micromega MyAMP est une petite boule de nerf pleine de vitalité, extrêmement musicale et sachant faire preuve de raffinement à chaque occasion. C’est d’ailleurs sur ce point qu’il creuse l’écart avec ses concurrents basés sur des circuits fonctionnant en classe D. Comme ces derniers, et malgré une puissance relativement modeste, il sait tenir les haut-parleurs en procurant une réponse parfaitement amortie dans le bas du spectre. Sa réponse en fréquences est très linéaire et la richesse harmonique, ainsi que la délicatesse dont il fait preuve sur les extinctions de notes sont assez étonnantes. Ne vous laissez pas influencer par sa taille mini et laissez vos éventuels préjugés de côtés, car le MyAMP est un véritable amplificateur audiophile qui saura vous procurer des heures et des heures de plaisir musical. Il pourra d’ailleurs être associé avec bonheur à des enceintes plus ambitieuses, comme les petites colonnes. Aurelia, Monitor Audio, Jean-Marie Reynaud… le choix est vaste.

Adoptez la “MyAttitude” !

La concurrence est sévère dans ce secteur très convoité, mais le soin apporter à ses circuits et l’amplification en classe AB du MyAMP ne devrait pas avoir de difficulté à faire la différence grâce au surplus de délicatesse, de nuances et au raffinement des timbres qu’elle apporte par rapport à la classe D majoritairement employée chez ses compétiteurs. Associé au MyGROOV, il permet d’accéder aux joies du vinyle et de constituer une chaîne haut fidélité complète sous un encombrement minimum et avec un rapport qualité/prix défiant toute concurrence, impensable il y a quelques années encore ! La liaison Bluetooth aptX qui commence à se généraliser est un vrai plus pour un accès à vos fichiers dématérialisés, en toute simplicité mais sans pour autant sacrifier la qualité (à condition bien sûr d’éviter le MP3).

Eric Charlot
Micromega_Mycable_HP_2x3m.jpg
L’autre bonne idée de Micromega : la ligne de câbles développée spécialement pour la famille My qui offre une solutions de qualité à un tarif raisonnable. Les câbles haut-parleurs proposent une connectique permettant de passer des fiches bananes aux fourches selon les besoins et les câbles modulation sont disponibles dans des longueurs réduites pour éviter les paquets de spaghetti disgracieux à l’arrière des appareils. Très malin !

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MICROMEGA MyAMP
Entrées analogiques : 3x (250mV / 1MΩ)
Entrées numériques : SPDIF coaxiale et Toslink (jusque) 24Bit/192kHz, USB 24Bit/96kHz, Bluetooth aptX® 16Bit/48kHz
Puissance : 2 x 30 W/8Ω – 2 x 60 W/4Ω
Impédance de charge recommandée (enceintes) : > 4Ω
Distorsion THD + Bruit (10W/1 kHz/8Ω) : ≤ 0,003%
Facteur d’amortissement : > 100 jusqu’à 1kHz
Consommation en veille : < 500 mW
Dimensions (L x P x H mm) : 140 x 165 x 75
Poids : 1 kg

Micromega_Myamp_schema.jpg

PRIX PUBLIC
Micromega MyAMP : 499 € | Micromega MyCABLE HP : 175€ (2 x 3 mètres)

 

Site constructeur : www.micromega-hifi.com
Distributeur France : www.dea-international.com